Echange camping-car

Tout savoir ou presque sur l’échange de camping-car

Temps de lecture : 4 minutes

Peut-être avez-vous déjà entendu parler de l’échange de camping car ? Le principe, sur le papier, est relativement simple puisqu’il s’agit d’échanger temporairement son véhicule contre un autre, afin de pouvoir visiter un pays bien souvent éloigné du sien.

Vous souhaitez en savoir plus ? Cet article est fait pour vous !

Comment ça fonctionne ?

Sur le modèle de l’échange de maison ou d’appartement, désormais largement répandu dans le monde, l’échange de camping-car a largement de quoi séduire ceux qui en sont propriétaires !

En effet, si vous possédez un camping-car, vous avez par conséquent aujourd’hui la possibilité de l’échanger. Cela consiste simplement à le mettre à la disposition d’un autre propriétaire de camping-car, vivant à l’étranger et désireux de visiter votre pays. En contrepartie, vous utiliserez sa « maison roulante » pour visiter le sien, que vous soyez seul, en couple ou avec votre famille. Bien entendu, l’opération sera entièrement gratuite, puisqu’il s’agit d’un échange, et donc d’un prêt de véhicule sur le plan juridique.

À qui ça s’adresse ?

L’échange de camping-car s’adresse donc comme son nom l’indique aux propriétaires de camping-car, mais pas seulement… Les adeptes du van aménagé sont aussi concernés, ou encore ceux qui ont un VR, un motorhome ou un RV puisque c’est ainsi que l’on nomme ce type de véhicules de l’autre côté de l’Atlantique, au Canada ou aux États-Unis…

Imaginons donc une famille de camping-caristes Français, qui souhaite faire un road-trip au Québec. Parallèlement, une famille propriétaire d’un VR dans la région de Montréal, qui souhaite de son côté découvrir la France. L’échange des véhicules et de leurs équipements est donc possible. Reste pour eux de se contacter, d’organiser les choses, et de préparer leurs valises pour prendre l’avion !

Depuis quand ça existe ?

Pour le savoir, il faut d’abord s’intéresser à l’histoire du camping-car en tant que telle et à son développement.

Ce dernier fait son apparition au début du XXème siècle et est à l’époque réservé à une poignée de privilégiés, puisque son prix avoisine alors celui d’une maison. Il faut attendre les années 70 pour le voir commercialiser à grande échelle. D’abord relativement spartiates, il s’agissait en réalité dans la plupart des cas de fourgons aménagés. Ce n’est qu’à la fin des années 90 que les constructeurs développent réellement des modèles mieux aménagés et mieux équipés, et ce afin de répondre à la demande grandissante. Demande qui émane notamment des jeunes retraités qui sont en quête de liberté et de voyage.

Les premiers échanges de camping-cars commencent donc à s’effectuer au début des années 2000. Ils font suite non seulement au développement du véhicule de loisirs en France, en Europe et ailleurs, mais sont surtout nés grâce au développement et à l’accessibilité au plus grand nombre d’internet. Quel bonheur de se retrouver en retraite et de pouvoir voyager en France avec tout le confort nécessaire… Et pourquoi ne pas envisager de le faire ailleurs puisqu’il est désormais possible de poser la question au monde entier ?!

Pourquoi ça va se développer ?

Tout simplement parce que l’échange de camping-car s’inscrit parfaitement dans l’économie collaborative, devenue un véritable phénomène de société que ce soit dans le tourisme bien sûr, mais aussi dans le transport, l’habitat, l’équipement, l’alimentation ou le service. Aujourd’hui, quelque soit le secteur d’activité, il est forcément possible d’échanger un bien ou un service, de le prêter, le louer, le vendre, le donner, ou le partager par le biais de plateformes communautaires.

Sous l’impulsion d’internet et suite à la crise économique, c’est en réalité une nouvelle façon de consommer qui se développe encore et toujours, et ce à travers le monde. Il est désormais possible pour certains d’arrondir leurs fins de mois et pour d’autres de se faire plaisir sans dépenser leurs économies. Un concept basé sur le « gagnant/gagnant » qui compte chaque jour un peu plus d’adeptes. Et au delà de l’aspect économique, ce mode de consommation séduit également sur le plan humain puisqu’il favorise la solidarité et les liens sociaux. N’oublions pas non plus la dimension écologique à laquelle les individus peuvent s’identifier dans ce nouveau mode de consommation. 

Pour résumer, le passage au XXIème siècle et le développement d’Internet a littéralement propulsé nos sociétés dans une course à la consommation, le fameux « produire plus pour vendre plus ». Le marché du camping-car n’a pas fait exception à la règle puisque les nouveaux prétendants voulaient accéder à ce type de véhicule, être les heureux propriétaires de cet « objet » synonyme d’une certaine manière de prestige. Ils tenaient à avoir le privilège de voyager librement et avec un niveau de confort proche de celui d’une maison… Aujourd’hui, l’heure est à la consommation collaborative et avec elle à la question « comment augmenter l’usage d’un bien ou d’un service par le partage, l’échange, la vente ou la location, entre pour les particuliers ? ». S’agissant du camping-car, il est maintenant surpassé durablement par le retour en force du van aménagé. Ses adeptes, plus jeunes et bien souvent encore actifs, sont moins attachés au confort qu’à l’usage que leur procure ce mode de voyage. Plus qu’un bien qu’ils vont posséder et auquel ils vont être très attachés, leur « véhicule de loisirs » prend pour ces nouveaux consommateurs tout son sens : ils s’épanouissent par les expériences qu’ils vont pouvoir vivre grâce à lui !

Ainsi, l’échange de camping-car, de vans aménagés et finalement de tout ce qui ressemble à une « maison sur roues » devrait avoir de beaux jours devant lui…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *